Interview Exclusive fr/eng

itw

English here

Interview spéciale de Jonny – 28 juin 2013, par Lisa

> Ecoutez/téléchargez l’interview.

 

L : Alors, avant tout, Bienvenue en France ! Est-ce que ça te plaît ici ?

J : C’est super ! Malheureusement je n’ai pas eu le temps de visiter quoi que ce soit et je m’en vais demain matin. Mais je suis déjà venu quelques fois, donc j’ai visité certains endroits mais pas beaucoup.
(…)

L : “Fight for my Soul”… tous les titres de tes albums ont un sens particulier pour toi. Quel est le sens de celui ci ?

J : Eh bien… à chaque fois je me dis que je ne prendrai pas le titre d’une chanson pour nommer l’album, mais je le fais à chaque fois ! En tous cas cette chanson a un sens bien particulier et je crois que “Fight For my Soul” reflète bien le style de l’album.

L : Blues-rock, funk, pop-rock, gospel : tu as pas mal d’ingrédients dans ton jeu et ton chant, tellement qu’on ne sait plus comment te catégoriser. Quelle est la recette de ton dernier album : Funk opéra ?

J : C’est pareil de mon côté.. je ne peux pas vraiment lui donner de genre… mais si je devais ABSOLUMENT lui en donner un.. ça serait.. peut-être.. éventuellement… “soulful rock” ou quelque chose dans le genre.

L : Il paraît que tu as enregistré l’album avec les membres de ton groupe actuel, ce qui est une première. Est-ce que ça a changé quelque chose par rapport aux autres fois ?

J : Oui, complètement. On se connaît tellement bien musicalement parlant qu’on ne se pose pas de question sur quoi faire à quel moment, ça se passe naturellement. Et ces musiciens sont tellement doués que je suis vraiment chanceux de les avoir dans mon groupe. Il n’y avait aucune raison pour qu’ils ne soient pas sur l’album. Je pense que ça a beaucoup apporté à l’enregistrement et qu’on peut entendre cette cohésion sur l’album.

L : Le 1er octobre prochain tu seras au New Morning à Paris. La dernière fois c’était en octobre 1997. Tu vais l’âge d’aujourd’hui divisé par deux… Te souviens-tu de ce concert ?

 

J : C’est dingue ! Je ne me souvenais pas du tout qu’on avait fait le New Morning ! Mais je pense qu’une fois là bas, je m’en souviendrai.  Je me souviens du Grand Rex par contre, une salle de concert qui faisait plus cinéma ( NDLR : 18.05.1999. Romain y était (..)

L : Tu penses que tu es vraiment différent de la personne que tu étais à l’époque ?

 

J : Disons que… j’ai un peu.. grandi depuis J

L : J’espère pour toi :)

J : Mais je pense qu’avoir eu des enfants…( NDLR : il a eu 4 enfants avec sa femme Haylie) (…)
Je pense que j’ai grandi musicalement parlant. Je suis un meilleur compositeur et j’ai l’impression que je mets beaucoup plus de ma personnalité dans ma musique. Et avec cet album j’ai vraiment le sentiment que c’est la première fois que je compose sans penser aux conséquences, juste en restant moi-même.
Avant, quand je composais, ça n’étais pas vraiment du blues-rock, du coup j’avais peur de mettre ces chansons sur l’album car les gens disait « Mais qu’est ce que tu fais ?! Tu laisses tomber le blues ?!!! ».


L : Tu avais peur que tes fans ne te suivent pas dans cette direction ?

J : Oui. Pour être honnête, j’avais peur de ça. Et pour cet album, je me suis dit “ça fait 7 ans,
( NDLR : depuis la sortie du dernier album Turn Around) je suis différent maintenant. Je ne suis plus sur un gros label (NDLR : il est passé de A&M à Provogue Records/Mascot Label Group), je veux faire un album moi-même et faire en sorte qu’il soit entièrement fidèle à ce que je suis ».
(…)

L: J’ai eu la chance d’assister à plusieurs de tes concerts aux USA et en Europe, et j’ai remarqué la différence qu’il y a entre les 2 publics. Tu ne trouves pas qu’ici on est beaucoup plus à l’écoute pendant tes concerts ?

J : Si, le public européen est vraiment le meilleur au monde ! Vous vous souciez vraiment de la musique pendant le concert… vous écoutez ! Aux Etats Unis, les gens veulent juste être divertis. Ils réagissent plus si tu fais quelque chose de super cliché.

L : Comme la version studio de Lie To Me par exemple ? (NDLR : son plus gros hit aux USA)

J : Oui voilà..

(…)

L : Si tu nous aimes autant.. pourquoi est-ce que tu ne reviens pas plus souvent ?

J : On n’est pas revenu avant parce qu’on ne pouvait pas. Ca coûte cher de venir en Europe, et mon ancienne maison de disques ne tenait pas à prendre ce risque. Ce qui était dommage car j’adore venir ici. Mais maintenant, je pense que dans les années à venir, nous reviendrons beaucoup plus souvent.

 

Original interview by Lisa, 06/28/2013 :

Listen/Download : Interview Jonny Lang 28.06.2013 (MP3/16 Mo)

L : Well, first of all… Welcome in France ! How do you like Paris so far ?

J : It’s great ! I just haven’t had anytime to go see anything ! I’m leaving tomorrow morning, but I’ve been here several times and I’ve gotten to see some things but not too much.

(…)

L : “Fight for my Soul”… all of your album titles always have a special meaning to you. What’s the meaning of this one ?

J : Well… I always tell myself that I’m not gonna name the album after one of the song on the record, but I keep doing it. Anyway, the song has it’s own meaning and then I think just in general, FFMS was a decent way to categorize the song.

 

L : You have been through a lot of different music styles since Smokin’.. so much that we don’t know how to classify your music anymore, so how would you describe this album ? Funk.. funk-opera ? Because it sounds a little bit like opera at some points…

 

J : Wahhhoo, coool… it’s fun hearing everybody’s different opinions. I think it’s the same for me.. I don’t know how to classify it. But… if I absolutely HAD to, I would say.. maybe like..  soulful rock… or something like that…

 

L : We heard that your band (Baryl, Akin, dwane…) was in studio to record the album with you.. and I think it’s the first time that the band in studio with you will be the one on tour with you as well… how is it different from the last times ?? Did it change anything ??

 

J : Well… yes.. it really did. We know each other so well musically now that you know there’s no question of what to do or where to go, it just happens now. And those guys are soooo good.. I’m just so lucky to have them in the band, and I figured they’re just way too good not to have them on the album. I think it really added a lot and I think you can hear the cohesion.

 

L : Next October you’ll be in Paris at the New Morning, last time you did that venue was in 97.

 

J : That’s crazy ! I don’t remember that we did that venue ! I remember that we played at the Grand Rex. But I think that when we’ll go there I’ll probably remember being there.

 

L : Do you think that now you’re really different from the young JL ?

 

J : Well.. I’m kind of… grown up now.. a little bit…

 

L : I hope for you :)

 

J : But… I think just having children (…) I feel like, musically speaking, I’m a better song writer now than I was then, and I feel like I have more of my own personality into the music, and this record feels, honestly, like the first time I’ve done anything without thinking about the consequences and just letting it be me ! I think before, when I started writing music, it would be very different from blues, rock. So it’s always been a little bit of a battle that way and I’ve been afraid to put songs like that on the record because would say “what are you doing ?!! You’ve abandoned the blues”.L : You were afraid some of your fans wouldn’t follow you in that direction ?

J : Yes, to be honest I was a little bit worried of doing that for that reason. On this one, I just figured it’s been 7 years, I’m completely different now : I’m not on a record label, I wanna do an album myself and just have it be totally the Truth.
(…)

L : I’ve been to several of your show in America and Europe, and I could really feel the different between the American and European audiences. Don’t you think we are better listeners here in Europe ?

 

J : Ohhh, European audiences are the best in the world ! You guys really… care about it !

 

Sometimes people in the US want to be entertained and if you do something very cliché, then they’ll react.
(…)
L: So, why don’t you come back more often ?? maybe.. 4 times a year.. or maybe move her :)

 

J : Well, the reason we didn’t come back is because really, we hadnt been able to just because it costs too much money, and the record label never made a push, they never made it possible to come over here, so I’ve been really sad about that, because I love it over here. But I think in the up-coming years it’s gonna be a lot different. We’re gonna be here a lot more.
(…)

L : Well, thank you very much for your time, for everything. Have a great night ! Bye !!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *