Live in Montreux (DVD) – 1999

live-montreux-jonnylang
LIVE IN MONTREUX (2009 – Live video de 1999)

Un live dont vous êtes le héraut

 

La claque ! Jonny Lang en concert, c’est un peu du même tonneau que les aphorismes de Nietzsche, aussi cinglant. Le genre fort de café, lymphatiques s’abstenir (absolument). On est loin du dandysme smooth aussi affecté que sopo de ces groupes de pop interchangeables avec lesquels on nous bassine ces dernières années.

Non, Jonny Lang, c’est un musicien plus “violent”, plus brut de décoffrage. Certains ont même comparé l’expérience de ses concerts à une sorte d’exorcisme, eu égard aux contorsions/convulsions démentielles du jeune bluesman sur la scène.

Aussi, il était temps qu’une maison de production s’intéresse à sortir un DVD du bonhomme, l’un des plus grands showmen que les planches aient connu. OK, il n’est pas noir, désolé pour ce crime contre l’exotisme. OK, il n’a pas 55 ans, or c’est bien connu il faut avoir vécu longtemps pour chanter correctement le blues … sauf que lui s’en tire mieux que nombre de papys chevrotants qui feraient mieux de prendre leur retraite. Et sans compter que lui au moins ne risque pas de procès pour détournement de mineurs quand il chante à 16 ans “Good morning little schoolgirl”.

Mais cessons nos enfantillages et concentrons-nous sur le DVD.
Ce live à Montreux est un “must have” pour plusieurs raisons :

– Soli de guitare à faire danser une grand mère percluse de rhumatismes.
Ce qui “calme”, c’est que le gars n’a commencé la guitare que 5 ans avant ce concert. Et en plus, il joue à l’oreille, et les yeux fermés. Normal, il ne sait pas lire la musique. Cherchez l’erreur…

– Jonny a une voix qui vous laissera sans voix (Joe Cocker fait “gentil” à côté). Et une voix pareille à 18 ans, c’est de l’ordre du surnaturel !
Ce gamin là a les moyens de vous faire parler, et même crier, sans sortir de Beretta. C’est pas pour rien que le premier groupe de JL s’appelait “Kid Jonny Lang and the Big Bang“…

– Le Jonny Lang band (celui de 1999, que nous appelons le Jonny Lang Band I) est une somme de musiciens extra où on sait se partager les soli et où on s’écoute. Ce pianiste … On y voit notamment le grand Doug Nelson à la basse, or il décèdera un an plus tard, ce qui fait de cet enregistrement un document historique.

– Montreux est une belle scène et ce concert est très bien filmé. Apparemment les 4 000 auditeurs qui assistent à la prestation ont l’air de prendre leur pied, même s’ils sont réduits à une totale mutité quand Jonny leur sort son grand jeu pizzicato à la “BB King rencontre Buddy Guy”, ou encore quand l’adolescent lève le ton sans égard pour leurs échines dans “A quitter never wins”. Je parie que certains en ont encore des frissons dans le dos, à commencer par Claude Nobs.

– Les titres “A quitter never wins” ou “Rack’em up” sont des joyaux du blues-rock, qui valent à eux seuls l’achat de cette vidéo. Attention au choc auditif ! Ce qui est dingue, c’est que devant ça, on est comme pris en otage devant une démonstration de génie. On attend que ça ne passe pas, on en revoudrait une série, un peu comme le gars qui découvrait “Good times Bad Times” de Led Zeppelin en 1969 et qui guettait la sortie du prochain album dans les bacs, les yeux humides et la main tremblante.

– Le prix du DVD est très sympa. Bon, je vous l’accorde, ma chute est prosaïque, mais c’est pour les plus sceptiques, ceux que le portefeuille chatouille plus que la poésie. Ceux qu’on appelle les “pragmatiques”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *